Thursday, 18 April 2019

Waechter Family



Richard Hermann George Francesco WAECHTER épouse Mary SCHIFF le 26 juillet 1897 à Londres (copie du registre ci-joint)

Par ailleurs, il semble qu’il ait eu une sœur Ellen WAECHTER (même père et Richard est témoin) qui épouse Arthur VON SCALA (copie jointe)

Son père est prénommé Gustav et il est marchand en 1905

Il divorce de Mary Schiff le 05 Juillet 1901 (copie jointe)

Entre temps est né à Paris, rue Jean Goujon : Ernest Richard George Harry WAECHTER le 14 Octobre 1899

(Acte de naissance ci-joint qui donne la totalité des prénoms de son père. Cet acte donne aussi les informations sur le mariage de George Waechter avec Maria Elisa Da Silva Costa à Rio de Janeiro le 8 Février 1926)

Enfin il semble que Richard Waechter se remarie le 23 Avril 1904 avec Mathilde Eugénie SERRE à Londres (copie jointe)

D’après mon père, Richard Waechter est mort en Allemagne vers 1954

Ernest Richard George Harry WAECHTER fait la fin de la guerre 14-18 du coté allemand, puis en 1920 (?) est naturalisé français (car né en France). Après son service militaire, part au brésil ou il se marie le 8 février 1926 avec Maria Elisa DA SILVA COSTA (8/9/1900 – 08/07/1979) (fille d’Heitor DA SILVA COSTA (25/07/1873 – 21/04/1947) – entrepreneur qui a le constructeur du crist de Rio et de Maria Georgina LEITÃO DA CUNHA)

Ils auront un fils né à Rio de Janeiro le 2 janvier 1927 : José Maria Raul Fernando WAECHTER (copie jointe)

Il divorcera quelques années après et épousera ensuite Placida MARTINS avec lequel il aura un fils : Eric WAECHTER (3/7/1938 – 06/2014)

Il divorcera encore et rentrera en France. Il est décédé dans la maison de Mary Schiff : La « Maison du Coin » à Beaulieu s/mer le 19 juillet 1945




















Processo: 248736 - Data da Entrada: 17/3/2017 -Tipo: Habilitação de Casamento

JOSÉ MARIA RAUL FERNANDO WAECHTER e MARIA CECILIA SOARES DE GOUVÊA WAECHTER

37593

WAECHTER Jean-Marie Pascal Georges Serge (1981)

- Non précisée

1960 -

Annuaire Bibliothèque Ecole


Caroline Scates : Acte de décès (à Reims – France)

A la lecture de cet acte j’ai un doute sur sa naissance à Vienne comme mentionné dans votre généalogie

1ère épouse de George Waechter

Maria Elisa DA SILVA COSTA (photo jointe)
Née le 8/9/1900 à Rio de Janeiro
Son père : Heitor DA SILVA COSTA (photo jointe)
Né le 25/07/1873 à Rio de Janeiro
Marié à Maria Georgina LEITÃO DA CUNHA
Décédé le 21/04/1947 à Rio de Janeiro
Constructeur du Christ de Rio (corcovado) (note ci-jointe)
Son père : José DA SILVA COSTA (avocat de la famille impériale brésil – cf note ci-après) 2/4/1846 Rio de Janeiro – 10/2/1923 Petrópolis
Sa mère Elisa GUIMARÃES
5 enfants – cf note ci-après
Sa mère : Maria Georgina LEITÃO DA CUNHA
Frère : Paulo César DA SILVA COSTA
Frère : Carlos Claudio DA SILVA COSTA
Mariée le 8/2/1926 à Rio de Janeiro
Remariée avec Gerard MOREL
Décédée le 8/7/1979 à Paris – 16 ème arrondissement

José DA SILVA COSTA :
10 Février 1923

Le conseiller José da Silva Costa est décédé à l'âge de 76 ans en sa résidence au 10 de la rue Paulo Barbosa.

Né à Rio de Janeiro le 2 avril 1846, devint bachelier en droit à Faculté de Droit de São Paulo en 1860. Pendant la période impériale il occupa des positions de relief, ayant été Juge Municipal de la Cour, avocat de la famille impériale et président du Conseil de l'Ordre des Avocats.

Il fut marié avec Dona Elisa Guimarães da Silva Costa de qui il eut cinq enfants: Hermìnio Arrojado Lisboa; Otávio da Silva Costa, avocat; Heitor da Silva Costa, ingénieur; Elisa da Silva Costa, et Mário da Silva Costa, négociant.

Il résida en notre ville (petropolis) , entouré de l'estime et de la considération de tous, une bonne partie des années depuis 1868 jusqu'à son décès.


Heitor DA SILVA COSTA

BRÉSILIENS ILLUSTRES À PETRÓPOLIS

Jeronymo Ferreira Alves Netto


HEITOR DA SILVA COSTA

Né dans la ville de Rio de Janeiro le 25 juillet 1873, ses parents furent le Jurisconsulte et Conseiller de l'Empire Dr José da Silva Costa et Mme Elisa Guimarães da Silva Costa.

Le Conseiller José da Silva Costa, père de Heitor da Silva Costa, un ami dévoué de Petrópolis, selon le témoignage de l'enquèteur Antônio Machad:

"Petrópolis doit à la mémoire du Conseiller Silva Costa un hommage de reconnaissance pour l'amour manifesté et la prédilection qu'il avait pour la ville qu'il vit se former: se réjouissant de la voir prospérer, témoin qu'il fut de son progrès pour y avoir résidé une bonne partie de l'année depuis 1868, et où il finit ses jours en 1923 entouré de l'estime et de la considération génerales.

Il fit ses études initiales au Collège Abilio (1881-1886), et postérieurement au Collège São Pedro de Alcântara à Rio de Janeiro. Après avoir complété le Cours d'Humanités, s'inscrivit á l'École Polytechnique de Rio de Janeiro, complétant le Cours d'Ingénieur Civil en 1897. L'année suivante il compléta le cours d'Ingénieur Industriel.

Il épousa Mme Maria Georgina Leitão da Cunha Silva Costa avec qui il eût trois enfants: Maria Elisa, Paulo Cesar et Carlos Claudio. Présence obligatoire à Petrópolis, logeant soit chez son frère Otávio da Silva Costa, Superintendant de la Finance Impériale, soit dans son appartement de l'Edificio Normando.

En aôut 1914 il entre comme professeur à l'École Polytechnique de Rio de Janeiro, enseignant les Travaux Graphiques de Construction et Hydraulique, à l'invitation du professeur Dr. Nerval de Gouvêa, á l'époque directeur de l'École. Il fut également professeur de religion à l'école Paulo de Frontin.

Travailleur infatigable, l'ingénieur renommé construisit de nombreux édifices à Rio de Janeiro et à l'intérieur du pays, se dédicant particulièrement á l'art sacré, églises et monuments religieux officiels.
Ses principales oeuvres furent: le monument funèbre du baron de Rio Branco; le munument de l'empereur D. Pedro II, à la Quinta da Boa Vista; monument à Pasteur, avenue du même nom; les statues du Christ Rédempteur dans la ville de São João del Rey et en haut du Corcovado à Rio de Janeiro; l'immeuble du Collège de Sion em Campanha; le projet d'une façade pour le Jornal do Comercio à Rio de Janeiro et un grand numéro d'immeubles dans les principales rues et avenues de cette ville.

La construction du monument au Christ Rédempteur, au sommet du Corcovado, qui domine la ville de Rio de Janeiro, considéré une magnifique oeuvre de construction civile et d'embellissement de la ville en question, poussa le Conseil Directeur du Club des Ingénieurs à décerner à Heitor da Silva Costa le "Prix Paulo de Frontin", institué par le notable ingénieur João Teixeira Soares pour être attribué, tous les cinq ans, à lóeuvre ayant le plus contribué à l'amélioration ou l'embellissement de la ville de Rio de Janeiro.

À Petrópolis, il fut responsable de la construction de la Vila Itararé, de la Cathédrale São Pedro de Alcântara, de la chapelle du Collège Notre dame de Sion et du Trône de Fátima, oeuvres qui démontrent sa capacité technique et sa probité professionnelle.

Il étudia un projet élaboré par John Oberg pour la construction d'un petit palais avenue Koeler, le modifiant pour l'adapter aux conditions du terrain.

Il inicia la construction de l'hôtel particulier connu comme Vila Itararé en 1902, ne le terminant qu'en 1904 car, comme lui-même l'expliqua, "le temps long, environ 18 mois, consacré à sa construction fut causé par la nature du terrain qui exigea des fondations spéciales et les soins spéciaux pour la décoration intérieure".

La Chapelle Notre Dame de Sion de Petrópolis, projetée en 1913 fut construite á partir de 1914. Son plan, afirme Silva Costa, "fut inspiré par la Chapelle de Sion de Paris. Il possède une nef centrale et deux latérales... Le choeur est de forme semi-circulaire... La chapelle, avec ses lignes de structure et d'ornementation, présente un style de Renaissance... La partie la plus intéressante de sa construction est constituée par les voûtes et les grands arcs".

Le monument à Notre Dame de Fátima à Petrópolis, idealisé par Frère João José Pedreira de Castro, directeur spirituel de la Congrégation Mariana da Anunciação, écrivain notable, poète et traducteur, né á Petrópolis en 1896 et mort à São Paulo en 1962, fut un des projets les plus notables de Silva Costa qui l'explique ainsi: "Notre Dame, solitaire, au centre du cercle de la base du monument, vers qui tout converge; trois degrés autour d'elle, formant chacun un chapelet et les trois ensemble formant un rosaire; cinq colonettes dorées soutenant l'image, rappelant les cinq blessures du Christ, les cinq mystères de Notre Dame; sept colonnes l'entourant, soutenant la coupole, lui formant comme une majestueuse couronne". Le monument a 14 mètres de haut, dans la partie inférieure du Trône existe une chapelle avec un autel et les images de Saint Joseph, du Sacré Coeur de Jésus et de Notre Dame de Fátima.

L'image de Notre Dame de Fátima, vénérée sur le Trône, mesure 3,50 mètres de haut, pése 4000 kilos et fut sculptée par le fameux sculpteur italien Enrico Arrighini.

La Cathédrale de Saint Pierre d'Alcântara fut construite en quatre étapes: la 1ére de 1883 à 1901, la 2e de 1918 à 1925, la 3e de 1929 à 1960 et la 4e de 1969 à 1969.

Heitor da Silva Costa s'occupa des travaux développés dans la seconde étape, quand "Ce qui éxistait étaient des murs d'un peu plus de deux mètres de haut, des projections d'arcs un peu plus hauts dans le presbytère, le tout exposé aux intempéries et entouré de broussailles". Quelques modifications furent introduites au projet initial de l'ingénieur Francisco Caminhoá, des briques et du ciment remplaçant le granit et, le 29 novembre 1925, la cathédrale encore inachevée fut ouverte au culte.

Fait digne d'être noté, en 1907 alors que le Dr. Arthur de Sá Earp était président de la municipalité il convia l'ingénieur Silva Costa á élaborer un projet d'embellissement de la ville.

Ce projet comporte quelques recommandations dignes d'être relevées, dont nous relatons les suivantes: " maintenir les cours d'eaux toujours propres, avec les talus des berges bien conservés et alignés, avec les petits bancs transformés en petites plate-bandes où seraient plantées des fleurs champêtres de couleurs variées; des rues bien pavimentées et arborisées avec évacuation rapide des eaux de pluie, avec des trottoirs larges, lisses et bien cimentées, profitant du terrain en surplus pour faire des jardins ouverts; maintenir l'aspect champêtre si agréable de la ville; prendre les mesures nécessaires pour que les immeubles aient toutes les conditions de salubrité et que ces mesures soient effectives au moyen de visites régulières de l'autorité municipale; prévoir toujours suffisament d'eau coulant dans les rues équipées de caniveaux; nettoyage régulier des cours d'eau avec interdiction de détritus, y compris sur les berges, et avec l'enlèvement des sables qui s'accumulent dans certaines courbes; éviter la coupe de buissons et organiser leur replantage pour éviter les inondations; prendre l'avenue Koeler comme éxemple pour d'autres avenue, comme la 7 de Septembre, la Silva Jardim, le 1er de Mars, la Leopoldina, la Piabanha, où doit être interdite la construction de toute construction à l'alignement de la rue, de manière à avoir toujours un jardin devant l'immeuble d'au moins cinq mètres; éloigner de ces avenues les établissements commerciaux qui iront chercher d'autres voies....

On perçoit dans ces recommandations le souci de l'ingénieur d'embellir la ville sans agresser son caractère propre.

L'ingénieur Heitor da Silva Costa fit partie d'innombrables institutions comme le Club de Engenharia, le Centre Dom Vital, le Cercle Catholique, la Confédération des Travailleurs Catholiques, l'Association Brésilienne de la Presse et le Conseil de l'Action Catholique et laissa divers travaux et articles publiés dans des revues spécialisés et organes de presse entre lesquels le Journal du Commerce dont il fut un collaborateur actif.

Ingénieur des plus réputés, le Dr. Heitor da Silva Costa laissa la marque de sa compétence en notre ville, méritant de figurer dans la gallerie des brésiliens illustres de Petrópolis.

Il est mort à Rio de Janeiro le 21 avril 1947.




Heitor DA SILVA COSTA
Caroline Scates : Acte de décès (à Reims – France)


Maria Elisa DA SILVA COSTA
José Waechter, 1954

No comments:

Post a comment